background img

Le contrôle d’un éclairage extérieur de sécurité

Un des points forts de l’éclairage extérieur de sécurité c’est de pouvoir être paramétré à souhait. Sur certains matériels, vous pouvez même régler l’intensité de la luminosité. Et dès qu’une personne passe à proximité, l’intensité de l’éclairage devient subitement plus vive. En outre, vous pouvez toujours installer votre propre éclairage de sécurité extérieur. En théorie, un nombre de supports de lampe se relie à une unité de commande. Et quand elles sont combinées, le système offre généralement un large choix d’utilisation.

En particulier, l’unité de commande peut déterminer à quelle heure les lumières seront allumées. La mise en marche peut être aussi enclenchée par l’absence de rayon de soleil. Ou encore que les lampes ne s’allumeront que lorsque des mouvements sont détectés dans un champ de vision paramétré à l’avance. Sur certains modèles, même la sensibilité de ce système de déclenchement par mouvement peut être gérée.

A lire aussi : Qu'est-ce qui cause la pourriture des tiges de céleri, conseils pour les traiter

Certains équipements disposent aussi d’un sélecteur qui vous permet de sélectionner les horaires de mise en marche et arrêt. Ceci afin que son utilisateur garde tout le système sous contrôle, et même la consommation en énergie peut être gérée.

La détection de luminosité

Les différentes parties de l’installation peuvent être reliées par des câbles ou connectées sans fil. Et de l’autre côté, un commutateur alimente les ampoules. Toutefois, l’ensemble reste connecté à un contrôleur principal. De cette façon, la puissance dont le système a besoin pour fonctionner, et l’utilisation des lampes restent sous le contrôle du propriétaire.

A découvrir également : Les 10 meilleurs conseils pour semer des graines en intérieur

La majorité des éclairages extérieurs de sécurité possède une fonctionnalité qui les empêchera d’être allumées quand il fait jour. Certains disposent de minuteries et d’autres fonctionnent grâce à des photocellules. Cette dernière peut être comprise comme un œil présente dans le coin inférieur droit de chaque plaque. Comme un genre d’interrupteur automatisé, lorsque la lumière du soleil est présente, ce dernier est normalement fermé. Ainsi, il empêche la mise en marche des éclairages pendant le jour. Mais dès qu’il fera nuit, les commandes seront alimentées, car l’interrupteur est ouvert.

Également, cela signifie que si la photocellule tombe en panne, la lumière restera allumée en permanence. Pour des raisons évidentes, les concepteurs ont gardé cette particularité pour alerter en cas d’éventuelle panne.

Le système par détection de mouvement

Sur certains dispositifs, on peut remarquer une grande lentille à l’avant de l’appareil, c’est le détecteur de mouvement. Celui-ci utilise une vue infrarouge pour détecter un corps chaud qui entre dans son périmètre de vision. Cette commande fonctionne également comme un interrupteur. Le détecteur n’envoie le signal de mise en marche des lumières que lorsqu’il aura détecté un corps chaud mobile.

Sur la plaque inférieure de certains contrôleurs, on remarque deux boutons coulissants et un cadran avec un pointeur. L’interrupteur à glissière situé à côté de l’œil en photocellule règle les heures de fonctionnement. Et l’autre bouton à glissière sélectionne la durée pendant laquelle la lumière restera allumée, que ce soit pour cinq minutes ou plus. Cette dernière commande permet également de faire un test du réglage, même en cours de journée. C’est une fonctionnalité pratique qui vous permet d’allumer les lumières à tout moment pour voir s’ils fonctionnent correctement. Cela peut être particulièrement utile lorsque le projecteur est en cours d’installation, en vous indiquant si tout est connecté comme il se doit.

En dernier lieu, on peut distinguer un cadran avec un pointeur sur le moniteur principal. C’est une autre des fonctionnalités qui permet de contrôler la sensibilité des capteurs. Ceci ne semble pas être important mais détrompez-vous ! La raison en est que certaines ampoules ne supportent la commande des cellules photoélectriques.

Le choix du type de lampe

Pour votre éclairage de sécurité, vous pouvez installer n’importe quelle ampoule à incandescence, halogène ou LED pour environnement extérieur. Toutefois, l’utilisation du genre d’ampoule fluocompacte est catégoriquement à éviter. Cette catégorie de lampe, comme toutes les ampoules fluorescentes, ont besoin d’une pleine puissance au démarrage. Pourtant, les photocellules gèrent progressivement les besoins en quantité de courant. Comme la luminosité extérieure présente des variations importantes, les cellules photoélectriques enclenchent la lumière même quand le ciel devient un peu nuageux. Cependant, l’intensité de l’éclairage sera faible, et il n’atteindra sa pleine puissance qu’à la tombée de la nuit. Dans ce contexte, le ballast de la plupart des ampoules fluocompactes ne peut pas supporter ces variations.

Au final, le fait d’utiliser une ampoule fluocompacte ordinaire sous contrôle d’un capteur par photocellule peut accélérer la défaillance de l’ampoule. Actuellement, d’autres ampoules fluocompactes de nouvelle génération constituent une exception à cette règle. Toutefois, il est toujours nécessaire de faire un essai pour confirmer l’efficacité de son utilisation sur votre installation.

Catégories de l'article :
Aménagement
Show Buttons
Hide Buttons