background img

Comment tailler un seringat ?

Vous avez un seringa (ou seringat) chez vous et vous souhaitez en savoir plus sur cet arbuste qui donne de jolies fleurs blanches et un doux parfum ? Plantation, culture, taille, bouturage, floraison, entretien… Nous vous disons tout ce que vous devez absolument savoir sur le seringat (philadelphus), aussi appelé Jasmin des Poètes.

Le seringat : caractéristiques et histoire

Le nom vernaculaire du Philadelphus est le seringat, aussi orthographié seringa. Le seringat est un arbuste assez résistant, qui embellit le jardin assez aisément tout en offrant un délicat parfum. Le philadelphus, ou seringat, est aussi appelé Jasmin des Poètes, pour son apparence et les senteurs qu’il dégage.

A lire en complément : Le ballast électronique pour du jardinage à l’intérieur

De la famille des hydrangeacées, tout comme les hortensias, les seringats sont des arbustes qui peuvent faire jusqu’à 5 mètres de haut. Le seringat se plaît en général dans n’importe quel endroit du jardin ou d’un parc. Il peut aussi se cultiver sur un balcon, en pot, pour ses variétés les plus compactes et adaptées aux petits espaces.

Un arbuste à floraison courte

Le seringat ou philadelphus est reconnaissable grâce à ses feuilles caduques de forme ovale. Ce type de feuillage met superbement en valeur la floraison du seringat ou philadelphus au printemps. Le seringat est apprécié pour ses fleurs délicates qui arrivent au mois de mai, à la fin du printemps. Les fleurs, selon la variété de seringat ou de philadelphus, peuvent être solitaires ou en petits bouquets.

A lire en complément : 3 astuces pour réussir sa décoration florale lors d’un évènement

Le cœur des fleurs de seringat peut être teinté de rose ou de rouge, selon la variété que vous choisissez. Les philadelphus étant des arbustes à feuillage caduc et à floraison courte, il est souvent nécessaire de les associer à des persistants, afin de ne pas vous retrouver avec un creux dans une haie. Quoi qu’il en soit, le seringat constitue une belle plante d’ornement au jardin et peut tout aussi bien être heureux sur une terrasse et contre un mur en bac (variété Snowflake en cultivar nain).

Le seringat en horticulture

Aujourd’hui, le seringat (philadelphus) se retrouve dans le commerce sous diverses formes. Les variations les plus fréquentes se retrouvent sur les caractéristiques des fleurs. Vous avez souvent le choix entre Philadelphus virginalis (Snowflake), Philadelphus Belle Etoile, Philadelphus Manteau d’Hermine, Philadelphus Snowbelle ou encore Philadelphus coronarius, le plus courant (Jasmin des poètes).

Choisissez les variétés de seringat en fonction de vos goûts en termes d’esthétique florale et de parfum. Certains genres de Philadelphus sont beaucoup plus parfumés que d’autres, notamment les variétés à fleurs uniques.

Histoire du philadelphus (seringat)

Philadelphus est le genre de seringa(t) qui pousse de manière naturelle dans les pays tempérés de l’hémisphère nord, de la Chine à l’Amérique du Nord, en passant par les pays de l’Est. Il nous vient aussi d’Asie Mineure et du pourtour méditerranéen, où il est très apprécié pour son parfum.

Le seringat a été amélioré en horticulture au fil des siècles afin de créer des hybrides aux senteurs exquises et à fleurs simples ou doubles. Le seringat est une plante vivace et rustique, qui peut être cultivée en haie ou en bac, grâce aux progrès de l’horticulture pour adapter cet arbuste parfumé.

Le Jasmin des Poètes, avec ses longues tiges, embaume le lieu où il est planté. S’il a été appelé “seringa”, c’est parce que plus anciennement, les seringats étaient utilisés pour leurs tiges, qui servaient ensuite à fabriquer des seringues. Les tiges étaient soigneusement évidées, une pratique qui a disparu depuis bien longtemps.

Comment cultiver un seringat (philadelphus) ?

Vous avez envie d’avoir un seringa chez vous ou dans votre jardin ? Rien de plus simple ! Le seringat peut se cultiver en pot ou en pleine terre. Nous vous disons tout sur le seringa : comment le planter, le cultiver, l’entretenir pour qu’il ait toujours une belle floraison. Il existe plus de 40 espèces de seringats, faites bien votre choix !

Planter et cultiver un seringat en bac

Si vous allez en jardinerie, il est possible de trouver de petites variétés naines de Philadelphus / seringa. La plus connue est le Philadelphus Snowflake en cultivar nain, parfait pour les balcons ou les petites terrasses. Le seringa “Belle étoile” ou Starbright fait aussi partie des variétés pouvant aller en bac grâce à leur petite taille.

Acheter un seringa en pot est une excellente idée si vous souhaitez le cultiver en bac. Il faut toutefois savoir que le seringat peut monter jusqu’à 3 mètres dans ses versions non naines. Prenez soin de choisir un bac large et bien lesté.

La terre du bac qui accueillera votre seringa doit être constituée d’un bon terreau riche et léger à la fois. Le seringa n’aime pas la terre trop compacte ou tassée. Au soleil ou en zone de mi-ombre, votre seringat sera parfaitement installé. Arrosez régulièrement pour être sûr d’obtenir une belle floraison de qualité.

Planter un seringat : culture en pleine terre

Le seringat ou Philadelphus fait partie des arbustes et des plantes qui aiment bien être en pleine terre. Il sera plus heureux dans un massif, une haie, un bosquet, ou tout simplement tout seul, qu’en bac ou en jardinière. Si vous avez un jardin, c’est idéal pour votre seringat.

Une fois que vous avez votre seringa du commerce, faites le transfert en ayant pris soin d’enlever certains morceaux de terre argileuse. Faites un trou profond de 60 cm environ et relativement large. Le trou doit pouvoir accueillir une terre neuve, riche et plus légère que la terre argileuse. Un terreau neuf fait très bien l’affaire, ainsi que du sable si besoin.

Vous n’avez pas besoin d’ajouter d’engrais particulier. En automne, n’hésitez pas à mettre un peu de compost au pied de l’arbuste, mais sans plus, en griffant légèrement le sol. Les seringats aiment les sols frais et humides. En plein été, attention à maintenir le sol humide. C’est en effet à cette période que les futures fleurs se forment pour la saison suivante : il faut de l’eau à l’arbuste afin de lui permettre de produire une belle floraison fournie.

Quand planter le seringat ?

Le seringat se plante généralement entre les mois d’octobre et de février. Ces mois correspondent au repos de l’arbuste. Il s’installe alors dans son nouvel endroit et se prépare tranquillement pour la floraison d’été.

Cela dit, comme beaucoup de variétés de plantes et d’arbustes, vous pouvez aussi décider de planter au printemps, quand tout risque de gel a été écarté.

Si vous avez planté un seringa en pleine terre, sachez que les 2 premiers étés après la plantation, votre arbre aura besoin d’être arrosé tous les 15 jours. Ces gestes vont faciliter l’enracinement de l’arbuste. N’hésitez pas à pailler le pourtour du pied afin d’éviter toute évaporation trop rapide de l’humidité : le seringa en a besoin !

Comment tailler un seringa (ou philadelphus) ?

Le seringat a cette particularité de n’avoir pas vraiment besoin de taille. On apprécie les seringats pour leur aspect sauvage avant tout. Si vous tenez à lui donner une forme, il est toutefois possible de le tailler, tout en sachant que vous aurez moins de fleurs. Si votre seringat semble un peu essoufflé et que vous désirez le faire repartir de sa base, coupez au pied, l’arbuste tiendra le coup et repartira.

Cette taille doit absolument se faire après la floraison, comme pour tout arbuste fleuri. Attendez bien que toutes les fleurs soient séchées et fanées et retirez-les. Taillez alors les branches que vous souhaitez retirer en prenant soin de respecter la saison : ceci devrait aider le seringat à conserver une belle floraison pour l’été suivant.

Contrairement à d’autres arbustes, le seringat supporte bien l’hiver et même le gel. Vous n’avez donc pas besoin de le tailler pour le protéger, ni même de le voiler.

Certaines branches peuvent être mal placées et gêner. D’autres peuvent aussi être malingres, ce qui peut encourager une taille du philadelphus. Enlevez les bois morts ; en dehors de cela, même en cas de parasitage ou de maladie, vous n’avez pas besoin de tailler votre arbuste.

Rabattre, aérer et redonner une forme

Vous tenez à tailler votre seringat chaque année afin de lui redonner une forme et d’aérer les branchages ? Veillez à retirer tous les nids s’il en reste à la fin de la floraison. 

Un coupe-souche peut vous aider à tailler à la base. Tous les bois morts et rameaux secs sont à retirer. Privilégiez le dégagement de l’intérieur du seringat, afin d’aérer. À l’intérieur, la technique du retrait d’une branche sur deux aide à éclaircir. Voilà votre seringat prêt à repartir !

Si votre seringat est déjà âgé et imposant, sachez qu’il est aussi possible de le rabattre. Rabattre un arbuste signifie rafraîchir un peu : ceci est nécessaire sur les arbustes assez vieux, notamment ceux de plus de 6 ans. ans. Si l’arbuste a trop été négligé, alors le recépage (coupe à la base) peut être fatal, attention à ce que vous choisissez de faire sur un seringat déjà âgé.

Avec un ébrancheur, un sécateur et une scie d’élagage, retirez les branches les plus âgées et très ramifiées qui sont au centre. Les tiges plus jeunes et moyennes peuvent être rabattues sur une ou deux branches. Les tiges jeunes, elles, ne doivent pas être touchées surtout si elles ne sont pas ramifiées.

Attention à ne pas supprimer plus d’un tiers de la ramure, au risque d’empêcher toute vraie régénération de l’arbuste. Ce processus prend en général une année complète.

Quelles sont les maladies du seringat ?

Le seringat est robuste et résistant, à la fois au gel mais aussi aux maladies des arbustes. Parfait pour le jardin ! Les pucerons peuvent vouloir s’y attaquer en été, surtout lorsque le climat est à la fois chaud et humide. Dans ce cas-là, nul besoin de recourir à une taille de l’arbuste.

Préparez un mélange d’eau tiède, de savon noir et d’huile d’olive. Ceci devrait vous débarrasser des hôtes indésirables de votre seringa. Si les parasites persistent, coupez les branches atteintes et brûlez les parties qui ont été abîmées.

En haie, en massifs ou en bosquet, le seringat peut être atteint par les attaques de parasites provenant d’autres arbustes. Veillez à traiter toutes les espèces atteintes, en adaptant le traitement à la plante concernée.

Les cochenilles farineuses peuvent aussi s’attaquer au seringat, surtout sous ses formes botaniques et hybrides, plus fragiles. Dans ce cas, prenez soin de bassiner les plants quotidiennement si vous le pouvez. L’eau induit le pourrissement des œufs de cochenille. Le même traitement au savon noir devrait aussi définitivement vous débarrasser de ces envahisseuses.

Comment bouturer un seringat ?

Installé dans votre jardin, votre seringat se développe à son aise et vous avez envie d’en offrir des boutures ou de le multiplier ? Rien de plus simple : le bouturage du seringa s’effectue au mois d’août sur les pousses en cours, ou alors entre novembre et mars sur bois sec.

La technique des boutures simples et feuillées est la plus facile à suivre. En automne / hiver, vos boutures seront nues. Munissez-vous d’un sécateur désinfecté au préalable, et d’une cloche (pour le bouturage d’été).

Le bois de seringa est creux : votre bouture doit se prendre sous un nœud du bois, pour éviter les risques de pourriture.

Bouturage d’été du seringa

Pour les boutures d’été (feuillées), prenez-les avec 2 niveaux de feuilles, puis débarrassez-vous de l’étage inférieur et enlevez la moitié du feuillage. Les boutures doivent aussitôt être piquées en terre, jusqu’au ras des feuilles. La terre doit être fraîche et légère. Posez une cloche et placez le tout à mi-ombre.

Le mélange de terre doit rester humide. Les feuilles qui jaunissent sont à enlever, tout comme les boutures qui s’assèchent. Vous devriez voir des repousses à la base l’été qui suit l’opération de bouturage du seringa.

Bouturage d’hiver du seringa

Les boutures d’hiver se font en gardant trois nœuds de bois. Les petites branches peuvent aussitôt être enfouies au 2/3 dans une saignée et contenant de mélange frais et léger. Placez le tout à l’abri, comme pour les boutures d’été, mais sans besoin de cloche.

Ce n’est qu’à l’automne suivant que vous pourrez récupérer vos boutures et les repiquer en pépinière ou en godet, pour regarder vos petits seringats grandir. Vous n’avez plus qu’à vous mettre à l’œuvre au jardin !

Catégories de l'article :
Actu
Show Buttons
Hide Buttons