background img

Comment éradiquer les chenilles processionnaires ?

Les chenilles processionnaires sont classées au rang des ravageurs. Ce sont également des insectes dangereux pour la santé et particulièrement difficiles à éliminer. Dans un jardin bio, comment lutter contre les chenilles processionnaires sans utiliser de pesticides ?

Pourquoi vouloir éliminer les chenilles processionnaires ?

En France, la population de chenilles processionnaires connaît une croissance rapide. Celle-ci est notamment due au réchauffement climatique qui limite la mortalité de cette chenille urticante pendant l’hiver. Les sujets pouvant évoluer en papillon de nuit sont donc beaucoup plus nombreux.

A lire aussi : Comment faire le choix d’une tronçonneuse ?

Par ailleurs, l’homme a sa part de responsabilité car les plantations de pin à des fins d’exploitation du bois constituent un terrain favorable à ce ravageur. En effet, l’autre nom de la processionnaire, c’est la chenille du pin.

Enfin, le nombre de ces prédateurs est en diminution constante. Il s’agit pour la plupart d’oiseaux d’où la population est en chute libre depuis une trentaine d’années.

A lire en complément : Avantages d'un jardin réalisé et entretenu par des professionnels

C’est la concomitance de ces facteurs favorables qui permettent à la chenille processionnaire de pulluler.

Élimination écologique des chenille processionnaires

Pour lutter contre la chenille processionnaire et tenter de contrôler sa population, 3 moyens sont envisageables. Ceux-ci ne se basent absolument pas sur l’utilisation de pesticides ou de produits chimiques. En effet, ces derniers ont montré leur faible efficacité, si ce n’est à détruire toujours plus la biodiversité.

L’écopiège

L’écopiège est un moyen de lutte mécanique contre la chenille processionnaire. Celui-ci s’appuie sur l’un des événements marquants du cycle biologique de cet insecte. En effet, si ce ravageur se cache dans un cocon en haut des arbres pour passer l’hiver, il en descend juste avant l’été pour aller s’enfuir dans la terre. C’est à partir de ce moment-là qu’il se transforme en papillon de nuit.

L’écopiège se présente sous la forme d’une collerette qui se fixe tout autour du tronc. Grâce à un mastic, elle forme une barrière étanche. De fait, la chenille du pin n’a pas d’autre choix que de se glisser dans la collerette. Au fond de celle-ci, il y a un trou menant à un sac plastique. Celle qui guide toute la procession finit toujours par trouver ce trou et s’y introduire. Les autres suivent alors automatiquement. Toutes se retrouvent piégées dans le sac, sans aucune possibilité de pouvoir en sortir. Il ne reste plus qu’à détruire le sac et son contenu.

Aujourd’hui, en matière de lutte contre la chenille processionnaire, c’est le système le plus efficace.

Favoriser la nidification des mésanges

La mésange fait partie de ces prédateurs qui se délectent des chenilles au printemps. Celle-ci s’attaque directement au nid qui est une source de nourriture facile. Pour lutter contre cet indésirable, il suffit donc d’inciter les mésanges à s’installer à proximité pour nidifier. Pour cela, il suffit tout simplement de placer dans les arbres environnants des nichoirs à mésange.

L’utilisation de pièges à phéromones

En complément des 2 moyens de lutte précédemment énumérés, il est possible d’utiliser le piège à phéromones. L’intérêt de ce dernier, c’est qu’il vise non plus la chenille, mais le papillon. En effet, ce dispositif s’appuie sur des phéromones de synthèse, une sorte d’hormone sexuelle à laquelle le papillon ne peut résister. Attiré, il rentre dans le piège et se retrouve bloqué.

Catégories de l'article :
Actu
Show Buttons
Hide Buttons