background img

Chenilles processionnaires : une invasion difficile à contrôler

La chenille processionnaire est la larve d’un papillon de nuit que l’on trouve à l’état naturel en France. Toutefois, ce ravageur qui était cantonné au pourtour méditerranéen il y a quelques décennies, envahit petit à petit le territoire tricolore. Pourquoi cet insecte est-il si difficile à éliminer ?

Qu’est-ce qu’une chenille processionnaire ?

Une chenille processionnaire doit son nom au fait qu’elle se déplace en nombre et à la manière d’une procession. Celle-ci est facilement reconnaissable quand elle est encore au stade larvaire, car elle forme de gros cocons blancs logés dans les résineux, particulièrement dans les pins.

A lire en complément : Quels sont les effets bénéfiques de la marijuana légale : le CBD ?

Cette petite chenille de 4 ou 5 cm de longueur est recouverte de poils qui renferment une substance particulièrement urticante. Elle provoque de nombreux désagréments, voire des allergies ou des chocs anaphylactiques. Elle est donc considérée comme dangereuse pour la santé humaine. Tous les ans, on déplore des décès causés par la chenille processionnaire.

En outre, elle dévaste totalement les arbres sur lesquels elle fait son nid.

A lire en complément : 3 astuces pour réussir sa décoration florale lors d’un évènement

Prolifération de chenilles processionnaires : des facteurs climatiques et humains

Avec tous les moyens dont nous disposons, il est surprenant de voir que l’élimination des chenilles processionnaires est si compliquée. En fait, c’est parce que cette petite bête profite de nombreux facteurs qui lui sont de plus en plus favorables.

Les effets du changement climatique sur cet insecte ravageur

Le réchauffement qui s’opère à l’échelle mondiale influe de manière indirecte sur la prolifération des chenilles processionnaires. En effet, juste avant l’hiver, celles-ci se protègent en construisant un nid dans lequel elles s’abritent. Durant toute cette période, les conditions rigoureuses contribuent à réguler le nombre de chenilles en augmentant leur mortalité.

Malheureusement, avec le réchauffement climatique, les hivers sont de moins en moins froids. De fait, au tout début du printemps, les chenilles qui ont survécu à l’hiver sont bien plus nombreuses. En outre, les conditions étant favorables, elles peuvent remonter petit à petit vers le nord.

Une biodiversité à la baisse

Comme il s’agit d’un insecte endogène, il compte de nombreux prédateurs. Parmi ceux-ci, des oiseaux qui en sont très friands au moment du printemps, période durant laquelle ils ont besoin de beaucoup de nourriture, notamment pour leur progéniture.

Toutefois, en raison du déclin de la biodiversité animale, la chenille processionnaire n’a guère plus comme prédateur que les mésanges charbonnières ou les mésanges bleues. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est recommandé de favoriser la nidification de ces oiseaux en procédant à l’installation de nichoirs avant la période hivernale.

Une sylviculture peu diversifiée

Si la France compte un domaine forestier de plus en plus grand depuis quelques décennies, force est de reconnaître qu’il s’agit davantage d’une culture que d’une véritable forêt. La preuve, puisque c’est l’activité forestière qui est en premier lieu impactée par les dommages causés par la chenille processionnaire du pin. En effet, de nombreux massifs ont été plantés uniquement avec des résineux.

De même, les bords de mer compte de très nombreux pins maritimes qui sont également la proie des chenilles processionnaires.

En fin de compte, tous ces facteurs aggravants de la prolifération des chenilles processionnaires sont directement ou indirectement liés à l’activité de l’homme. S’il est évidemment difficile d’inverser la tendance quant au réchauffement climatique, il est toujours possible d’adopter de bonnes pratiques. Cela peut être d’éviter la sylviculture du pin en privilégiant d’autres essences chaque fois que c’est possible. On peut aussi favoriser la biodiversité animale grâce à la plantation de haies.

Les dangers des chenilles processionnaires pour la santé humaine et animale

Au-delà des dégâts causés aux arbres, les chenilles processionnaires peuvent aussi être dangereuses pour la santé humaine et animale. Effectivement, leur présence peut causer de nombreux problèmes.

Les poils urticants des chenilles processionnaires sont leur principal danger. Ils contiennent une toxine qui est capable d’irriter gravement la peau et les yeux de tout individu entrant en contact avec eux. Les symptômes varient selon chaque personne touchée, mais ils peuvent inclure une forte démangeaison ainsi qu’une éruption cutanée sévère.

Dans certains cas plus graves, le contact avec ces poils urticants peut entraîner un œdème angioneurotique ou encore un choc anaphylactique chez les personnes allergiques.

Comme chez l’être humain, le simple fait que votre animal soit en contact avec ces chenilles suffit à provoquer des irritations au niveau de ses yeux et de sa bouche. La situation peut s’avérer plus grave si l’animal ingère effectivement certaines parties de la chenille comme ses poils lorsqu’il se nettoie après avoir été exposé aux nuisibles.

Leurs conséquences sur nos amis à quatre pattes ne doivent pas être prises à la légère car elles peuvent parfois engendrer des maladies pulmonaires voire même cardiaques s’ils avalent certains éléments tels que leurs épines défensives appelées ‘chitine’ ou les poils présents sur leur corps.

Il est recommandé de se tenir éloigné des chenilles processionnaires et d’adopter une bonne hygiène corporelle en cas de contact. Effectivement, la meilleure façon de prévenir tout risque est encore d’éviter le plus possible toute exposition à ces nuisibles.

Si l’invasion des chenilles processionnaires peut paraître anodine pour certains d’entre nous, elle est loin d’être sans conséquences. Il faut prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger sa santé ainsi que celle de ses animaux domestiques face à cette menace grandissante.

Comment lutter contre les chenilles processionnaires : méthodes préventives et curatives

Face à l’ampleur de la prolifération des chenilles processionnaires, il faut prendre des mesures préventives.

L’une des premières mesures que vous pouvez prendre afin de protéger vos arbres contre cette menace est d’utiliser des pièges à phéromones. Ces dispositifs attirent les mâles adultes, empêchant ainsi la reproduction et limitant par conséquent le nombre de chenilles présentes dans votre environnement.

Vous pouvez aussi choisir de procéder à une taille raisonnée en hiver qui permettra non seulement d’équilibrer la ramure mais aussi de limiter les foyers potentiels de ponte, ou encore poser une bande engluée autour du tronc des arbres qui va piéger toute tentative grimpante lorsqu’elle tente d’accrocher ses poils urticants sur l’écorce.

Sensibilisez les personnes autour de vous sur ce fléau car cela peut aider à réduire leur propagation et donc protéger efficacement votre environnement immédiat. Les services municipaux sont généralement impliqués dans ces campagnes. N’hésitez pas aussi à consulter un professionnel si vous avez besoin.

Les méthodes curatives :

Si toutefois malgré toutes ces mesures préventives prises, vous en êtes arrivés au stade où les chenilles ont déjà colonisé vos arbres, alors il s’avère nécessaire qu’intervienne un expert qualifié tel qu’un jardinier ou un agri-arboriste.

L’option la plus courante est l’utilisation d’un pulvérisateur qui permettra d’appliquer un produit spécialement conçu pour éliminer les chenilles processionnaires. Il faut cependant faire attention à ce que le produit utilisé ne soit pas nocif pour la faune environnante. Les produits naturels sont préférables au chimique, car ils respectent mieux l’environnement et préservent aussi les autres insectes utiles à notre biodiversité.

Une autre méthode consiste en une extraction manuelle des nids de chenilles ou encore leur brûlage si cela est aussi autorisé dans votre région. La mise en place de bandage autour du tronc peut aussi être une solution simple mais efficace.

Il faut évaluer la nuisance causée par ces nuisibles afin de choisir la meilleure stratégie à adopter selon vos besoins particuliers. Agir rapidement et efficacement s’avère crucial lorsqu’il s’agit de se protéger contre cette menace grandissante qu’est la prolifération des chenilles processionnaires.

Catégories de l'article :
Actu