background img

Quand semer graines de lys martagon ?

S’ il s’agit d’une plante relativement rare, mais elle est également connue du public, c’est, en fait, le lys Martagon. Un bel exemple d’une plante emblématique : un peu du Big Panda de la Flora de France ! Cette image semble être largement surestimée, car le lys Martagon n’est pas aussi rare qu’on le prétend, mais il a pour lui l’élégance et la présence de ses fleurs et l’aura de plantes bulbeuses ! Cependant, sa biologie est largement inconnue, bien qu’elle offre de nombreux originaux intéressants.

A lire également : Comment traiter Mirabellier malade ?

Fleur nouvellement ouverte ; notez le début de la courbure du style, qui se termine par la stigmatisation dans le club au milieu des étamines

Planchers de feuilles

Le lys Martagon appartient au groupe écologique des géophytes d’oignon, vivaces ou vivaces, qui persistent grâce à un organe de réserve souterrain, un oignon, tout en renouvelant leurs parties airtote à l’entrée de l’hiver. Un oignon est un tronc souterrain vertical court entouré de feuilles pleines de réserves (habillées). Dans le cas du lys martagon, ces feuilles ont la forme d’écailles qui se chevauchent comme des tuiles composées en spirales ; elles entourent tout le piédestal de l’ampoule. Il passe l’hiver au repos, à l’abri des consommateurs froids et partiellement herbivores (pas de rongeurs !). Dans la prochaine bonne saison, les réserves stockées permettent de produire des tiges, des feuilles, des fleurs et des fruits en peu de temps, même dans les sous-bois avec un couvert dense. La nouvelle « plante » émerge du bourgeon central de l’ampoule, tandis qu’un second bourgeon substitut se forme en parallèle pour l’année suivante.

A lire également : L’engrais vert, un réel avantage pour les cultures d'hiver

Beaucoup de gens manquent les lys Martagon non fleuris sans connaître leur identité. Ampoule simple, tige teinté rougeâtre ou rouge, section ronde, porte deux ou trois étagères superposées quatre à dix feuilles (soi-disant vertèbres) ; assez long, avec une dizaine de veines parallèles finement enroulées sur les bords, alternent dans le haut des tiges. La disposition en couches des feuilles est interprétée comme un ajustement permettant de capter la lumière maximale dans des situations très ombragées.

Emergence rapide au printemps des ampoules

Tige unique avec deux ou trois feuilles lancantes qui se propagent comme des panneaux solaires

Whorl à feuilles côtelées parallèles (Monocotylédon) Poire dorée

Cette ampoule est située à une profondeur assez grande entre 20 et 30 cm. Cependant, l’oignon original est formé à partir de la germination d’une graine qui se trouve le plus souvent à la surface, mieux sous la couche de feuilles mortes. Les racines du jeune tubercule ont un surprenant, typique de nombreuses plantes bulbeuses : elles peuvent se contracter et ont donc tendance à tirer progressivement l’oignon profondément dans la bonne profondeur. Nous parlons de racines tracteurs : assez grandes, pleines de réserves, elles parviennent à se contracter par raccourcissement cellulaire (changer la direction de la croissance), ce qui leur donne un aspect ridé. Cette position profonde, sans aucun doute, permet à l’oignon de profiter d’une couche profonde sans rivaliser avec les racines superficielles de beaucoup d’autres plantes dans le sous-bois. En outre, il réduit le risque de prédation par les rongeurs en hiver. Cela n’empêche pas les sangliers de les localiser et de les creuser sans relâche à certaines stations.

Deux gravures représentant l’ampoule dorée du lys Martagon

En réalité, l’ampoule part beaucoup plus loin de la base de la première ! La remarquable couleur jaune d’or de ce tubercule a conduit depuis le Moyen Age à atteindre une approche or falsifié par les alchimistes. Il a été dit qu’il est capable de transformer un métal ordinaire (« dégoûtant ») en or ! Aux XVe et XVIe siècles, on prétendait manger cette ampoule (cuite !) garantie victoire pour les soldats ou tout simplement se porter sur eux-mêmes rend invulnérable. D’où la connexion avec le dieu de la guerre Mars (ou la planète Mars, qui est cher aux alchimistes), qui a donné le début du nom Martagon enregistré en latin (la deuxième partie vient de Agein, plomb).

Turban turc

Les Anglo-Saxons l’ont classé comme « Hütelilies turcs » en raison de la forme typique des tepals dans le style d’un turban turc. Ce surnom est également attribué à deux autres plantes : le piment hibiscus (Malvaviscus arboreus), une plante tropicale cultivée comme plante ornementale, pour ses fleurs et giraumon, une variété de citrouilles, pour ses fruits suggestifs.

Turban turc

Giraumon Turban

Piment d’hibiscus L’ inflorescence qui termine la tige porte 3 à 20 fleurs très éloignées les unes des autres, mais elles pendent toutes, ce qui donne au martagonlilis cette apparence particulière. Chaque fleur assez grande (2 à 4 cm de diamètre) est portée sur une longue tige horizontale à sa base, puis brusquement pliée, pointant la fleur vers le sol en position suspendue. Il se compose de six tepalas, terme utilisé à la place des pétales dans les fleurs où les sépales et les pétales ont la même apparence (il y a en fait 3 sépales et 3 pétales, qui sont identiques sauf pour leur implantation) ; d’un rose pourpre ils portent des taches violettes au brun foncé. Dans la phase de bouton, nous notons que le dos de ces tepals a un poil plus ou moins important pour le rouleau de protection évidente. Du cœur de la fleur viennent six étamines avec des anthères roses très visibles et le style qui élargit l’ovaire, qui se termine par un stigmate élargi.

Très jeunes bourgeons floraux et leur revêtement laineux protecteur

Des bourgeons en croissance qui conservent une part de la puberté

Inflorescence avec blosers (petite feuille) par fleur

La fleur va de bas en haut. Au niveau de ses fleurs, le lys Martagon est caractérisé par une variabilité extrême : couleur de fond (il existe des variétés presque blanches) avec des fleurs plus foncées en hauteur ; la puberté des bourgeons floraux et, surtout, la conformation des taches de Tepal. Chacun d’eux contient plusieurs pigments peu solubles et est entouré d’une surface plus claire ; sur une fleur donnée Les six tepalas n’ont pas les mêmes dessins de points et leur densité varie d’une plante à l’autre dans une certaine population.

Fleurs très légères de couleur saumon : l’une des nombreuses variétés de lys Martagon (Auvergne) deux temps

Trois fleurs en trois étapes différentes : à gauche, à la fin de la fleur (style torsadé) ; au milieu du bouton ; à droite : milieu de la fleur

Tout d’abord, le style qui surmonte l’ovaire va directement au centre de la fleur, et la stigmatisation, qui n’est pas réceptive à ce stade, est légèrement en avance sur les étamines d’étamines, qui mûrissent d’abord, libérant ainsi leur pollen brun orange. Nous parlons de Protandry (premier mâle) pour ce temps changement entre les deux sexes ensemble. Ensuite, le style se plie presque à angle droit, simultanément avec l’extrémité de la poignée de roulement, et est donc plus proche de l’une des étamines. Nous passons donc d’une fleur normale avec six parties équivalentes distinctes (les six tepales et étamines associées) à une fleur irrégulière avec une seule partie d’hermaphrodites, celle des tepales associées à l’approche de la stigmatisation et de l’étamine.

Fleur fleurit juste avec des anthères encore fermement et non ouvertes

Les étamines se plient également à angle droit, ce qui fait que les anthères diffèrent les unes des autres

Fleur fraîche de style droit, notez la tige courbée à la fin

incliné à angle droit et rapproche la stigmatisation de l’une des étamines. Les expériences (1) montrent que l’auto-fécondation sans embryon ne fonctionne pas ou fournit des graines vides. Cette incompatibilité automatique est basée sur la détection de type de grains immunitaires contre le pollen portant au moins un des quatre allèles d’un gène d’incompatibilité (S) : les grains germent au niveau de la stigmatisation du récepteur et abaissent leur tube pollinique dans le style ; si les cellules de celui-ci portent le même allèle du gène, la croissance des tubes est bloquée et la fécondation des oeufs dans l’ovaire ne se produit pas.

Jour et nuit

Chaque Tepal porte à sa base, à l’intérieur, une rainure aux bords verruqueux, et le nectar est secrète ; enveloppant les pétales émet ces gouttières nectorales qui, néanmoins, sont assez profondes : elles ne sont accessibles qu’aux insectes tels que les papillons avec un tube assez long. Un parfum doux mais désagréable (pour le nez humain) et la visibilité des fleurs complètent le charme de ces fleurs.

Des observations directes et un parfum plus prononcé le soir suggèrent que ces fleurs sont visitées par des épinx, des papillons avec quelques espèces diogneuses (voir la chronique du soir). Ils flottent sous ou au niveau de la fleur tordu et déroulent leur long tronc pour la mettre dans l’une des gouttières à la base d’un tepal , probablement guidé par la direction tactile sur la rugosité environnante et prendre le nectar de celui-ci. S’il a déjà visité une autre Fleur de Lis et porte du pollen sur son corps poilu ou ses jambes, il le placera d’abord sur la stigmatisation réceptive qui se trouve devant les anthères ; à l’approche, il touchera ensuite les anthères et ramasse un nouveau pollen. Le sphinx passe séquentiellement d’une gouttière à l’autre avant de se déplacer vers une autre fleur. Il n’y a aucun risque d’auto-fécondation pour les cinq tepals et étamines qui ne sont pas liés au style courbé (voir ci-dessus).

Récemment (3), un autre type inconnu de pollinisation avec des papillons diurnes a été décrit en Catalogne. Les chercheurs ont d’abord observé Pieride avec les ailes postérieures brun foncé ci-dessous. Après l’analyse, il s’est avéré être le pollen de lys de Martagon, dont les fleurs provenaient de ces papillons ont été visités. Au moins six espèces ont été observées, dont des piérides et des citrons. Dans ce scénario, contrairement aux sphinx, les papillons atterrissent sur les fleurs, les ailes pliées et coulent pour atteindre les gouttières au nectar, les touchant et la stigmatisation et les anthères. Le pollen est très collant en raison de la présence d’une couche lipidique autour des grains (mastic pollen), ce qui favorise l’agglomération des grains et leur adhérence. Ce mode original a été observé à travers l’Atlantique chez une autre espèce de lys avec de gros papillons. Ce mode ne fonctionne pas avec les petits papillons avec des ailes trop peu pour toucher les anthères.

Quel genre de papillon vient d’en bas ! Notez les creux de nectar à la base des tépales convergeant vers l’abdomen sombre de la fleur (probablement un signal visuel fort)

capsule

Selon la La fécondation transforme l’ovaire en une grande capsule verticale avec trois pavillons soudés. À maturité, dès qu’il est sec, il s’ouvre et libère beaucoup de graines brunes et peu profondes, facilement, dispersées par le vent, mais souvent à une courte distance en raison du toit de l’arbre. Ces graines ont une période de repos élevée, c’est-à-dire qu’elles nécessitent un long changement chaud/froid et l’humidité, de sorte que la coquille ne s’affaiblit pas et permet la germination. Ensuite, nous avons vu que la graine germé développera un jeune oignon, qui doit d’abord migrer lentement vers les profondeurs pour s’établir. Par conséquent, avant de pouvoir faire une tige suffisamment forte, elle coule en moyenne près de huit ans avant la première floraison.

Fleur délavée avec ovaire légèrement enflé et style toujours suspendu

Inflorescence de fruits : redresser les pédicules et porter les capsules verticalement L’ oignon peut vivre pendant des décennies et chaque année produire une nouvelle plante, de sorte que les générations successives se chevauchent largement et persistent longtemps. Cela explique pourquoi, dans plusieurs pays nordiques, le lys de Martagon a été naturalisé comme plante ornementale après son introduction et depuis lors, comme en Suède, en Allemagne ou au Royaume-Uni, a parfois produit de riches populations locales.

Marquage

À l’état sauvage, le lys Martagon couvre une vaste région de l’Europe occidentale au Japon. En France, il est répandu dans les montagnes montagneuses, mais se jette ici et là dans la plaine, y compris la région méditerranéenne. Dans plusieurs régions, il est inclus dans les listes rouges de la flore protégée. L’une des menaces, en plus de détruire ses habitats, est le dessin d’oignons pour les acclimater dans les jardins, tandis que le semis fonctionne très bien (soyez patient de toute façon !).

Lys sur une prairie des Alpes sur le sol subalpin

En tant qu’espèce de pénombre, la martagonlilie a besoin d’un sol assez frais et riche en nutriments. En haute montagne, il habite des prairies humides, des mares dans les couloirs avalanches, des formations de prairies élevées (jardins mégaphorbes). Plus bas sur les sols montagneux et des basses terres, il est limité aux zones forestières à feuilles caduques ou mixtes. Ici, il est considéré comme un type différentiel de vieilles forêts (4) : nous définissons le boisement qui n’a pas été clarifié depuis lors moins 200 ans avec la présence permanente d’une cime des arbres. Cette ancienneté fait écho au naturel et conduit à une procession floristique riche et diversifiée, ce qui en fait des environnements particulièrement intéressants en termes de biodiversité.

Dans la chaîne des Puys (Auvergne), cette belle colonie de lys martagons témoigne de la ancienneté relative de ce boisement (augmenté à noisettes), qui a été fondé il ya un peu plus d’un siècle.

Outre la collecte de données historiques, ces forêts peuvent être identifiées par la présence de certains types d’indicateurs, y compris le lys martagon. Ces plantes présentent un certain nombre de caractéristiques : plantes vivaces à faible capacité de dispersion, faible déplacement de population, préférence pour l’ombre et intolérance aux modifications du sol par l’agriculture (y compris le labourage). Voici une raison supplémentaire pour profiter de la présence du lys Martagon : il témoigne de la bonne qualité de son environnement forestier !

Bibliographie

  1. contrôle de l’auto-incompatibilité du gène S à quatre locus est probable avec le Lilium martagon (Liliaceae). Le ARNE LUNDQVIST. Hereditas 114:57 -63 1991
  2. Le comportement de la moth et l’ajustement des fleurs réduisent l’auto-pollinisation dans deux Liliiiflorae. N.B. Brantjes ; J.J. New Phyto. (1980) 84, 139-143.
  3. Notes sur la pollinisation des ailes de papillon dans le Martagonlily Lilium Martagon L. Jordi Corbera, Carlos Alvarez-Cros & Constantí Stefanescu 117 Butlletí de l’Institució Catalana d’Història Natural, 82:117 -120. 2018
  4. Les plantes et l’âge de l’état boisé : http://www.crpf-midi-pyrenees.com/datas/pdf/Anciennete_etat_boise.pdf

Catégories de l'article :
Fleurs
Show Buttons
Hide Buttons